WTF, plus d’ordi !

Mots-clés

,

Bonsoir,

C’est l’état d’urgence à la maison : l’ordinateur est irrécupérable. On est bon pour en acheter un nouveau.

Lundi soir, en rentrant de la piscine, je faisais un peu d’ordi et puis d’un coup l’écran est devenu tout blanc. J’ai dû forcer pour l’éteindre. J’ai voulu le rallumer après avoir attendu quelques minutes. Il s’allumait puis pouf puis rien. Il se rallumait (tout seul) puis pouf puis rien.

Ce soir, on a appris qu’il fallait le changer.

Agathounette daigne me laisser utiliser son ordinateur quelques minutes par jour mais je sens que cela ne lui plait pas. Elle est d’ailleurs derrière moi en train de vérifier ce que je fais. Je sens son souffle dans mon cou…

Titi a bien voulu me prêter sa tablette qui est saturée par ses jeux, ses applications. En plus je ne suis pas à l’aise, j’ai déjà mis tous les mails de ma messagerie dans la corbeille sans m’en rendre compte.

L’ordinateur me manque pour consulter mes mails, mes comptes bancaires, la météo, lire le journal, lire les blogs que j’apprécie et enfin aller sur le blog.

Bref, l’Homme a compris qu’il fallait qu’il réagisse vite car je suis invivable. J’espère qu’il fera son choix pour acheter un nouvel ordinateur rapidement. J’espère savoir le maitriser très vite et surtout savoir rentrer mes photos, je ne suis pas douée !

Merci de ne pas me laisser de message, mes ingrats d’enfants ne me laissent pas vraiment le temps de profiter de leur ordinateur. J’aurai des difficultés pour vous répondre. Je ne peux pas non plus laisser un petit mot sur les blogs. Et utiliser la tablette, c’est dangereux, elle risque de faire un vol plané tant ça m’énerve. Titi a tous ses comptes dessus (ce qui est normal, c’est la sienne), du coup je peux suivre en direct les discussions de jeunes de 19 ans (ça s’appelle un groupe) et je suis catastrophée par ce que je peux lire. Mon Dieu que c’est bête un garçon de 19 ans !

A bientôt, vous me manquez.

Vin blanc, Les Petits Canons 2016 de Sarrah de Goudy et se dire qu’il faut toujours y croire.

Mots-clés

, , , , ,

Bonjour,

Il y a bien eu quelques signes : des pots de peintures que je voyais depuis ma fenêtre, des bruits de travaux, des meubles démontés qui trainaient sur la terrasse. Et puis jeudi soir en rentrant de la piscine vers 21H45, j’ai entendu des grands coups de ruban adhésif qu’on déchire pour fermer les cartons. Ce bruit là ne trompe pas.

Et là je me suis dit, les voisins vont partir, enfin.

Dix huit mois que tout un pâté de maisons les subit.

Les jours qui ont suivi ont confirmé mon impression car la valse des cartons dans le couloir a commencé.

Mon petit plaisir du matin, chantonner dans ma cour « Ca y est ils vont partir, ça y est ils vont partir » et entendre les voisins râler et me traiter de noms d’oiseaux.

Si on s’était écouté, l’ensemble des voisins auraient fait la Ola lorsqu’ils sont partis.

Moi, j’ai ouvert une bouteille de vin blanc, Les Petits Canons, un vin qui accompagne bien souvent mes apéritifs.

Ce que j’apprécie tout d’abord c’est son carton joliment coloré et l’étiquette qui a un côté vintage.

Elle me rappelle l’ambiance de mon enfance l’été à la plage. Le petit plus, la capsule vis qui facilite bien les choses. Cette gamme se décline en trois couleurs : blanc, rosé et rouge.

Je vous parle aujourd’hui du vin blanc Les Petits Canons 2016, vin de pays, 100% chardonnay produit au domaine Sarrat de Goundy et proposé au prix de 5,95 euros la bouteille chez mon caviste Vie d’Oc. Il est produit en agriculture raisonnée, se garde 1 à 2 ans et tire autour des 11,5% vol.

Ce vin blanc sec idéalement servi frais (10 à 12 degrés) propose en nez des arômes d’agrumes et de fleurs blanches. En bouche, on retrouve un bel équilibre entre fleur et fruit.

C’est un beau Chardonnay d’Occitanie, pas trop typé comme pourrait l’être un Limoux par exemple.

Un vrai vin de soif et de plaisir, tout simplement et sans prétention. J’ai d’ailleurs toujours une bouteille au frais.

Maintenant que l’on s’est tous réjoui de ce départ et que je l’ai dignement fêté, nous attendons les nouveaux locataires avec je dirais une certaine inquiétude…

Ah, j’allais oublier, lorsqu’on consomme du vin, n’oubliez pas que Modération reste votre meilleure amie 😉

 

PS : pour la 3ème fois, je refais les photos. Je suis maudite, je me rends compte cette fois ci qu’on peut distinguer mon reflet dans le verre et la bouteille. J’abandonne, je suis désespérée…

Huitres gratinées au Farz Gwinizh Du de la conserverie La Chikolodenn.

Mots-clés

, , , ,

Bonjour,

Cet été, j’ai fait du covoiturage avec Cathy pour aller au cours d’aquagym à Narbonne-Plage. C’est plaisant de pouvoir discuter. Cathie est originaire de la région de Brest, chaque année il lui tarde ses vacances car elle retourne chez elle et elle me parlait souvent du kig ha farz que sa maman cuisine divinement bien. Je ne connais pas du tout et à part aller en Bretagne, je ne sais pas comment je pourrais goûter ce produit.

Lorsque Pierre de Cuisine à l’Ouest a proposé de tester du Farz Gwinizh Du, autant vous dire que j’ai dit oui. J’allais enfin goûter ce produit qui fait tant briller les yeux de Cathy quand elle en parle.

C’est la conserverie La Chikolodenn qui fabrique entre autre le Farz Gwinizh Du. C’est une préparation à base de farine de sarrasin, de lait, de crème, d’œufs, de sel qui est cuite dans un sac de toile. Ce sac est déposé dans la potée et cuit tout doucement avec les autres ingrédients. Une fois cuite, on sort la préparation du sac et elle est émiettée.

Ingrédients :

  • Huitres de Bouzigues pour moi : 4
  • 30 g de gruyère râpé
  • 30 g de Farz Gwinizh Du
  • Poivre

Préchauffer le four à 200°C.

Ouvrir les huitres, les déposer dans un plat qui va au four.

Jeter l’eau des huitres au bout de 10 minutes. Les poivrer.

Mixer grossièrement le gruyère râpé et le Farz Gwinizh Du.

Déposer le mélange sur les huitres. J’ai mis une cuillère à soupe de mélange sur chaque huitre.

Cuire au four 10 à 15 minutes, thermostat 200°C.

Déguster à l’apéritif ou bien en entrée.

C’est bon, on retrouve bien le goût du sarrasin qui me rappelle le pain ou la galette.

Je vous souhaite un bon dimanche.

 

Salade de tous les soirs

Mots-clés

, , , , , , , ,

Bonjour,

Il faut que je vous avoue que j’ai sous estimé la rentrée.

Installer Titi s’est avéré très fatiguant. Je n’imaginais que cela me prendrait autant d’énergie pour ne rien oublier et faire en sorte qu’il se sente bien.

Samedi dernier en allant pour la dernière fois finir son installation, il est près de Toulouse, nous sommes partis avec un beau temps sur Narbonne. Nous sommes arrivés chez lui sous une pluie battante et il faisait 12°C. J’étais tout sauf habillée pour un tel temps. J’ai attrapé froid, pas question pour moi d’acheter un pull alors que j’en ai plein à la maison (ça c’est mon côté ratchàsse qui ressort).

Je me remets du pire refroidissement de ma vie.

En plus histoire d’en rajouter une couche, j’ai repris l’aquagym à Narbonne où cette année l’eau est particulièrement froide. Je sors du cours frigorifiée. La aussi c’est mon côté ratchàsse qui ressort : ne jamais sauter un cours. Parfois je me fatigue !

Bref j’ai entretenu mon rhume qui m’a tenu éloigné de toute vie sociale, du blog.

Il faut aussi s’adapter au nouvel emploi du temps de ma fille car elle a changé d’école de musique, de cours de danse et de classe. Tout doucement, on prend nos marques.

En attendant, nos repas du soir se suivent et se ressemblent. On retrouve immanquablement cette salade. Elle est rapide à faire et pleine de saveurs.

Voici la recette.

Prendre un grand saladier dans lequel vous allez disposer les aliments en couches successives.

  • Trancher finement 150g de chou atlas. Déposer au fond d’un saladier.

 

  • Verser 1 cuillère à soupe de vinaigre de riz, une pincée de sel, cela va cuire légèrement le chou et l’attendrir.
  • Ajouter un concombre pelé, égrainé et coupé en dés.

 

  • Ajouter 100g de poivron rouge coupé en dés.

  • Emietter 100g de féta (avec les doigts c’est plus facile) et couper en dés un avocat.

  • Ajouter 1 tomate de 250g coupée en dés, il y en a encore de très bonnes à Narbonne
  • Finir par une poignée de roquette et quelques morceaux de féta pour le côté joli.

  • Verser l’assaisonnement : sel, poivre, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive, une cuillère à soupe d’huile de colza et un soupçon de vinaigre de riz.

Et si vous voulez rendre la salade plus complète, cuire un petit chorizo, le trancher finement et l’ajouter sur la roquette au moment de servir.

C’est fou comme un petit chorizo rend une salade plus sympathique pour certains.

Et pour me remettre de mon agonie, je viens de commander 4 kilos de chocolat Valrhona, j’ai eu le malheur d’aller voir les ventes privées…

PS : ratchàs,-sse adj. vraiment radin. Quel ratchàs ce boulanger ! De ratche, avec l’augmentatif occitan -às.

Confiture de mirabelles.

Mots-clés

, , ,

Bonjour.

Quelle fin d’été !

Depuis trois ans, j’attendais que l’Homme mette fin à un engagement. Un engagement bénévole mais qui nous gâchait l’existence. Toutes les fins de semaine, je lui disais d’envoyer un courrier de démission et à chaque fois il reportait. Si vous saviez comme cela a pu me gonfler… (Pardon mais il n’y a pas d’autre terme).

Trois ans, c’est long…

Et puis la semaine dernière, j’ai décidé de prendre les choses en main. J’ai préparé le fameux courrier, il l’a signé sans broncher.

Il n’a jamais pris conscience comme cette situation pouvait me toucher.

En ce moment, je raye les choses qui nous gâchent la vie et cela prend toute mon énergie et beaucoup de temps. Mais j’avance et je vois le bout du tunnel.

La vie va sembler bien plus légère maintenant que plus rien ne pèse.

Et puis cette semaine, j’ai eu mon anniversaire, je suis née le 29 août. Je ne compte plus en printemps, plutôt en été Indien. Contrairement à Lova, je n’ai pas fait de gâteau mais une glace. C’était sans compter la surprise de l’Homme qui avait commandé un St Honoré à la mûre chez mon pâtissier préféré. J’ai un faible pour le St Honoré.

Il avait fait faire des biscuits estampillés « Cuisiner en paix ».

Il avait aussi pensé au champagne. J’ai beaucoup apprécié. On a d’abord mangé le gâteau puis la glace avec les biscuits.

C’est bon de se faire plaisir. Entendons nous bien, j’ai apprécié le gâteau et les biscuits, les 48 ans beaucoup moins.

Cet été j’ai surtout préparé des salades à base de concombre. On en a mangé des kilos, il faisait si chaud.

J’ai enfin réussi à ajouter le bouton Pinterest pour partager mes recettes. Je suis nulle et cela m’a pris plusieurs heures avant de réussir. Je me mets dans des états d’énervements terribles dans ces cas là. Merci à Vincent et Souki (et Melilia) pour leur patience.

Prochain défi : être présente sur Instagram. Mais ce ne sera pas pour tout de suite, il faut que je m’achète un téléphone portable digne de ce nom qui fasse de belles photos. Je sens que ça va être un grand moment avant de comprendre le fonctionnement de la bête. Si vous avez des suggestions pour un bon appareil à un prix raisonnable, je suis preneuse. Mais pour l’instant, il y a la rentrée des enfants dont Titi qu’on installe chez lui. Et ça coûte les enfants, ça coûte…

J’ai aussi préparé beaucoup de confitures. On nous a donné des fruits et puis l’Homme a pu avoir des mirabelles à un prix raisonnable à son travail. C’est cher chez moi la mirabelle. Une tarte et de la confiture s’imposaient.

Pour la confiture, je vous explique. Je n’aime pas les morceaux dans la confiture. Il faut qu’elle soit lisse. Vous pouvez adapter cette recette en laissant les fruits entiers (Enfin, on enlève les noyaux quand même !).

Ingrédients :

  • Mirabelles
  • Sucre : 750 g pour 1Kg de fruits triés
  • 1 jus de citron

Commencer par laver, ébouillanter les pots à confiture. Les sécher avec un torchon bien propre.

Rincer les fruits puis enlever le noyau.

C’est long, en particulier pour la mirabelle. En général, je me cale dans le canapé avec un bon documentaire à la télé.

Mixer les fruits triés.

Les passer dans une passoire fine pour obtenir une texture bien lisse.

Peser la pulpe de fruits, compter 750 grammes de sucre par kilo de pulpe. Ajouter le jus d’un citron.

Mélanger délicatement.

Porter à ébullition tout doucement.

Cuire vingt minutes environ. Penser à remuer. Le test de l’assiette froide fonctionne bien pour savoir à quel moment arrêter la cuisson. Verser dans les pots, bien les fermer puis les retourner. Garder précieusement un peu de confiture dans un petit bol, c’est parfait pour se régaler quelques jours au petit déjeuner. J’en fais toujours plusieurs, histoire d’en faire profiter quelques voisins/amis.

Un jour il faut que je partage avec vous ma recette de glace à la vanille, elle accompagne en général les bons moments de la maison…

Carpaccio de bœuf à la crème de Banyuls.

Mots-clés

, , ,

Bonjour,

J’espère que vous allez bien.

Comme c’est bon d’être en vacances !

Habituellement je me lève tôt, je range, je prends mon petit déjeuner et je pars à l’aquagym à Narbonne Plage. Grâce à cette activité, j’ai l’impression d’avoir commencer les vacances depuis début juillet. Mais la route n’est pas agréable du tout à cause des fadas en voiture qui veulent doubler à tout prix. J’ai failli avoir par deux fois un accident.

On reçoit pas mal d’amis, je me retrouve donc en cuisine.

Et puis l’après midi, je fais la sieste, quel bonheur.

C’est bon de se laisser vivre.

On prend plaisir aussi à visiter la région. J’ai particulièrement apprécié de revenir à Perpignan où j’ai fait une partie de mes études. C’est dans cette ville que se trouve la plus gourmande des rues, j’ai nommé la rue René Paratilla.

Vous trouverez des épiceries remplies d’épices, de charcuteries, de morue et bien d’autres bonnes choses. C’est là que j’ai pu acheter mon pimenton et de la crème de vinaigre de Banuyls. Au départ, je cherchais de la crème de vinaigre balsamique mais je n’ai pas résisté à un produit de la région.

Je n’ai eu aucun regret, comme c’est bon.

Alors je vous propose une deuxième recette de carpaccio de bœuf plus aboutie et sublimée par cette crème de Banuyls.

La recette est très simple. Préparer votre carpaccio de bœuf comme vous le faites habituellement.

Si vous n’en avez jamais fait, ma recette est ICI. J’aime le présenter à l’assiette.

C’est la suite qui change tout.

Déposer délicatement des pousses de roquette sur le carpaccio.

Ajouter quelques tomates coupées. Assaisonner la salade d’un filet d’huile d’olive et de gouttes savamment disposées de vinaigre de crème de Banyuls. Pas de sel, pas de poivre sur la salade, la viande l’est suffisamment.

Déguster, vous verrez c’est un régal. Le petit plus, manger un morceau de viande où une goutte de crème sera tombée dessus. On n’est pas loin de la perfection.

Je vous souhaite une bonne soirée, je retourne à mes vacances.

Légumes farcis au petit épeautre et au tofu

Mots-clés

, , , , , ,

Bonjour,

Fin de semaine, je suis en vacances. Et comme toujours, ce que je préfère c’est la période qui les précède. Comme toujours j’ai une longue liste de choses que j’essaie de faire avant les vacances.

Cette année et comme chaque année, il y a les coulis de tomates, quelques pots de légumes cuisinés.

Mais il faut aussi classer les papiers, acheter les affaires scolaires, passer chez le médecin pour les certificats médicaux, passer chez le luthier pour une révision du violoncelle (Agathounette intègre le conservatoire, elle a réussi les tests) et enfin installer Titi dans son studio. Avec sa soeur on a listé tout ce qu’il lui fallait pour la rentrée. Cela va du torchon aux HE. Je commence à lui préparer des plats individuels que je congèle, mon père en faisait de même pour moi. Lui qui était pâtissier avait progressivement glissé vers une activité traiteur. Pas de magasin, juste de la livraison avec ou sans service. Il travaillait essentiellement pour les mariages, les baptêmes, les communions, les réveillons et les repas d’entreprise. Il me congelait les « restes ». Autant vous dire qu’il n’y avait que du bon. Les copains étaient toujours ravis de manger à la maison : gambas à l’américaine, poularde, cassoulet, paëlla, lotte au coulis de poivrons ou au poivre vert bref que de bons plats. Cela me fait tout drôle de reproduire ce que faisait mon père.

Alors dans quelques semaines, Titi mangera sûrement ces légumes farcis.

Ingrédients :

  • Légumes : 3 tomates, 2 poivrons et 3 courgettes rondes
  • 125 g de tofu aux herbes
  • 1 oignon de 120 g
  • 120 g de poivron rouge cuit
  • 200 g de petit épeautre cuit
  • Sel, poivre, huile d’olive et thym

Préchauffer le four à 200°C. Laver les légumes et les évider.

Préparer la farce.

Faire revenir un oignon émincé, ajouter le tofu. Mixer.

Ajouter à cette préparation le petit épeautre cuit et le poivron détaillé en petits cubes. Assaisonner avec le sel, le poivre, le thym et un filet d’huile d’olive.

Farcir les légumes.

Cuire 45 minutes dans un four à 200°C.

Ces légumes farcis sont excellents, la farce se tient bien.

Je vous souhaite une bonne soirée, je retourne à ma liste de choses à faire…

J’avais des hauts, j’avais des bas, j’avais plus ou moins chaud, et toute la vie devant moi. Alors je fais un gâteau au chocolat (sans farine).

Mots-clés

,

Bonjour,

Il y a eu beaucoup de hauts cette année.

L’année se termine enfin. Oui je crois que tant qu’on a des enfants on est calé sur l’année scolaire. Même si je travaille, le quotidien est quand même plus doux : moins de contrainte, moins de surveillance, bref on laisse un peu aller.

Grâce aux soucis de santé de l’Homme, l’ensemble de la famille est passée à une alimentation vraiment plus saine et tout le monde s’en porte mieux. J’ai pris pour prétexte la maladie de papa pour vider les placards. La bonne excuse ! Parfois il faut savoir faire preuve d’une mauvaise foi assumée.

La pratique de l’aquagym m’a fait le plus grand bien. Mon corps se dessine et je suis en forme. Les profs sont compétents et j’ai bien progressé. Cet été, on peut continuer les cours à Narbonne Plage avec les mêmes profs. J’y vais dès que je ne travaille pas. Je me rends compte que j’apprécie de plus en plus l’eau.

Le grand rangement de printemps a rendu la maison plus agréable. J’ai acheté un haut de bibliothèque chez le Suédois et un buffet chez un particulier aussitôt installé dans la remise. C’est fou tout ce que je peux ranger dans ce buffet ancien !

Pour moins de 200 euros, j’ai un coin salle à manger plus défini et un grand rangement pour mes aliments, conserves et appareils qu’on sort deux fois par an.

J’ai même pu enlever tout le bazar que j’avais sur les meubles de la cuisine, le bonheur, plus rien n’agresse l’œil. L’Homme a eu beaucoup de patience car aucun mur n’est droit à la maison.

Et dire qu’il a su me séduire par son élégance. Merci de ne pas commenter ce savant mélange de rayures.

Et voilà la nouvelle étagère pour les livres de cuisine.

Il y a eu quelques bas aussi.

Un emploi du temps trop chargé pour moi cette année. A la rentrée, je devrais avoir le mercredi matin de libre, j’espère. Le blog a été le premier à subir mon manque de temps.

Et puis Titi a eu un accident. Je m’y attendais, on dira que ce n’est pas un pro de la conduite et j’avais beau lui dire d’être prudent, à un moment il est seul face à ses responsabilités. Il s’en sort sans une égratignure mais il est choqué. Quant à la titimobile, il y a du travail niveau carrosserie.

Depuis deux mois, notre rue est en réfection totale. Difficile de circuler, on ne peut plus y accéder en voiture. On ramène nos courses dans une brouette. On s’adapte !

Des voisins bien trop bruyants gâchent aussi notre quotidien. Je n’en reviens pas que 2 personnes puissent perturber la vie de tout un quartier. Ils ont installé un jacuzzi, juste au dessus de ma remise. On s’attendait à un problème, 800 kg ce n’est pas rien. Voilà c’est fait. Le poids du jacuzzi a affaissé le plancher, ils ont voulu vidanger, l’évacuation n’a pas fonctionné. J’ai eu la surprise en allant à la remise de la trouver inonder et de constater les nombreux dégâts.

Deux sinistres en quinze jours déclarés chez mon assureur, je le sens ravi.

Alors, pour adoucir les moments difficiles, un bon gâteau au chocolat sans farine, ça vous tente ?

Ingrédients :

  • 200 g de chocolat noir (pistoles chocolat noir 70% Biocoop pour moi)
  • 80 g de sucre
  • 4 œufs : jaunes et blancs séparés
  • 50 g d’amande en poudre
  • 50 g de noisette en poudre
  • ½ sachet de levure

Préchauffer le four à 180°C.

Faire fondre le chocolat au bain-marie.

Monter les 4 blancs d’œufs en neige, n’oublier pas de mettre une pincée de sel, ils monteront mieux.

Mélanger les jaunes d’œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélanger blanchisse. Ajouter l’amande et la noisette, la levure. Bien mélanger. Ajouter le chocolat fondu.

Finir en incorporant délicatement les blancs en neige. Je les incorpore en 3 fois.

Beurrer un moule, verser la préparation et cuire au four 20 minutes à 180 °C.

Et voilà une petite merveille qui fait oublier les soucis du quotidien.

Terminons en musique, Stephan Eicher raconte si bien les hauts et les bas.

Et puis je ne vous ai jamais dit mais l’Homme (en plus d’être élégant quand on s’est rencontré) ressemblait beaucoup à Stéphan Eicher. Mais ça aussi, c’était avant…

Croustillant au fenouil et sardinettes Gonidec.

Mots-clés

, , , , , ,

Bonjour,

Pour la deuxième fois, je vous propose une recette à base de sardinettes de la conserverie Gonidec. Pierre du site « Cuisine à l’Ouest » m’a proposé de les tester, je n’ai pas hésité car j’aime les sardines.

Vous retrouverez 8 à 10 sardinettes à l’huile d’olive vierge extra dans chaque boite, elles ont un goût très délicat et sont très savoureuses.

J’ai d’abord souhaité vous proposer une recette rapide à faire ICI, voici aujourd’hui une recette plus élaborée.

Je l’ai proposé hier soir à l’apéritif, tout le monde a adoré. On fêtait le départ de personnes chères, elles vont me manquer.

Ingrédients :

  • 2 fenouils
  • 1 oignon
  • Sel, poivre du moulin
  • Huile d’olive
  • 15 g de citron confit
  • 1 boite de sardinettes Goninec
  • 8 feuilles de bricks

Trier les fenouils et l’oignon. A l’aide d’un robot (ou bien d’un couteau) les trancher finement.

Faire chauffer un faitout en inox légèrement huilé, mettre le mélange fenouil/oignon, saler, couvrir et faire cuire une petite heure à feu très doux.

Pendant ce temps, ouvrir la boite de sardinettes, l’égoutter.

 

Lever les filets.

Hacher finement 15 grammes de citron confit.

Lorsque le mélange fenouil/oignon est bien cuit, ajouter le citron confit, saler (si besoin) et poivrer. Laisser refroidir.

J’ai obtenu 320 grammes de ce mélange une fois cuit.

Prendre ½ feuille de brick. Aidez vous d’une paire de ciseaux pour couper la feuille de brick, c’est plus facile. Poser 20 grammes de mélange fenouil/oignon. Ajouter un filet de sardinette Codivec.

Plier la feuille de brick afin de former un petit chausson.

Les poser au fur et à mesure dans un plat où vous aurez pris soin de mettre une feuille de papier sulfurisé, vous devez en former 16. Penser à mettre le dernier rabat côté feuille de papier sulfurisé, le chausson ne va pas se défaire.

Préchauffer le four à 180°C, verser un filet d’huile d’olive sur chaque chausson, cuire une dizaine de minutes. Il faut qu’ils prennent de la couleur.

Déguster encore chaud, c’est un délice à l’apéritif.

Je vous souhaite une belle semaine.

Salade de tomates à l’oignon rouge et aux sardinettes Gonidec

Mots-clés

, , , ,

Bonjour,

Lorsque nous sommes arrivés à la Réunion nous avons logé quelques jours dans la famille, le temps que le container arrive. Dès que nous avons pu récupérer nos meubles et nos affaires, nous nous sommes installés. Notre premier repas se composa alors de sardines en boite, de ratatouille fabriquée quelques mois plus tôt et de riz. En attendant que l’on puisse brancher le réfrigérateur, il n’était pas possible de stocker de produits frais.

Comme on s’est régalé ! Notre premier repas à deux dans notre nouvel appartement à 10000 kilomètres de la maison. On avait amené le minimum : un lit, 1 table en plastique et 4 chaises, 1 canapé, 1 machine à laver et 1 réfrigérateur. Par contre il y avait aussi beaucoup de vaisselle, les verres en cristal, le robot de cuisine, mes bocaux (ratatouille, caviar aubergine, confiture), de l’huile d’olive, du vinaigre et des sardines à l’huile.

J’aime les sardines à l’huile, c’est pratique à stocker et on peut en trouver de très bonne qualité.

Alors lorsque Pierre du site « Cuisine à l’Ouest » m’a proposé de tester les sardinettes de la conserverie Gonidec, je n’ai pas hésité.

Vous retrouverez 8 à 10 sardinettes à l’huile d’olive vierge extra dans chaque boite, elles ont un goût très délicat et sont très savoureuses.

Je vous propose une recette simple mais néanmoins excellente. Si comme moi vous n’avez pas envie de passer du temps en cuisine tant il fait chaud, cette recette est pour vous. Et comme toute recette simple, elle demande des produits de grande qualité.

Ingrédients :

Laver la tomate, la trancher et la déposer joliment dans une assiette.

Trier et émincer finement l’oignon rouge. Disposer les tranches entre les tomates.

Ouvrir la boite de sardines, l’égoutter. Enlever l’arête de chaque sardine puis disposer les filets sur les tomates.

Verser un filet d’huile d’olive, mettre quelques gouttes de vinaigre, saler, poivrer et terminer en décorant de basilic.

Patienter au moins ¼ d’heure avant de déguster, les saveurs vont se mêler. Voilà, on peut se préparer une assiette savoureuse sans passer beaucoup de temps en cuisine.

La prochaine fois, je vous proposerai une recette plus élaborée avec ces sardines.

Bonne soirée, la fin de semaine est toute proche…