Mots-clefs

,

Lorsque nous avons décidé d’acheter une maison, on avait des critères bien précis.

Il fallait que le bien soit grand, avec des extérieurs (on imaginait 1000 m2 de terrain), un garage et une cheminée. Voilà pour le rêve.

La réalité est quand même différente.

On a une grande maison équipée d’une cheminée, très vaste (mais avec un rez-de-chaussée et 3 étages), des extérieurs (2 cours, ce qui nous évite l’achat d’une tondeuse, bouh !), une remise (qui ne donne pas sur la rue) et par conséquence on loue un garage. On adore notre maison et on ne peut plus se passer de la cheminée. 5 mois par an, c’est le bonheur. D’ailleurs, lorsque l’Homme rentre le soir, lorsqu’il franchit la porte, il regarde d’abord si la cheminée est allumée. Ensuite il dit bonsoir !

Dernièrement, ma voisine me demandait comment je cuisais les betteraves : four ou bien cocotte ? J’étais bien embêtée car je les cuis dans ma cheminée qui possède un foyer fermé. Etant économe, je voulais profiter de cette chaleur pour cuire, et j’avoue que je le fais régulièrement.

Je cuis les betteraves (qui ont servi à la fabrication du houmous) mais aussi les pommes de terre dans le foyer de la cheminée. On pose les aliments près des braises mais pas sur les flammes.

DSC02930

Par contre envelopper les aliments dans de l’alu, ne m’enthousiasmait guère.

J’ai finalement trouvé une solution. Dans un premier temps, j’enveloppe l’aliment dans du papier sulfurisé et ensuite je l’enveloppe dans de l’alu. Il n’y a plus de contact direct avec l’alu. La première fois qu’on a essayé, j’avais peur que le papier sulfurisé noircisse ou bien brûle. En fait, non. Par contre l’aliment garde son humidité, il ne se dessèche pas.

DSC02933

Et voilà !

Ensuite travailler l’aliment cuit comme vous le souhaitez : houmous, purée….

PS : 3 étages pour des fesses en béton c’est génial !